LeCalife facebook trip avistore FAQ

Le Calife

DÉJEUNER ET DÎNER CROISIÈRE SUR LA SEINE

RÉSERVER RÉCEPTION

L'histoire du Calife

A l’origine, c’était une péniche de transport de marchandise construite en 1939 dans le chantier de Boom en Belgique. Son poids à vide était de 80 T, après construction, en ordre de marche, 220 T. Autour de 100 000 heures de construction sur 30 années ont été nécessaires pour qu’il devienne ce qu’il est aujourd’hui. En exploitation ou en croisière, il y a plus de 120 moteurs diesels ou électriques qui fonctionnent. Quiconque part en croisière sur le Calife pourra être témoin de cette colossale entreprise. Ce n’est pas pour exagérer mais, 39m de long, 5m de large, 220 tonnes et 3 m secondes de courant contraire l’hiver. Je peux vous affirmer qu’un pilote de bateau à passagers, qui manœuvre pour se mettre à quai, est tellement concentré que rien ne peut - ni ne doit - le déranger. Garer le Calife, c’est comme mettre un but en pleine lucarne depuis le milieu du terrain. Et nous faisons cela pour vous tous les jours.


De Swami Baba Muktananda, extrait de "J'ai trouvé la vie" éditeur Guy Trédaniel Paris 5

Un jour, les dieux fondèrent un club à leur usage exclusif. Mais, au moment de son inauguration, ils s’aperçurent qu’il ressemblait à une cité fantôme. Il n’y avait personne pour faire la cuisine, personne pour le service, personne pour laver la vaisselle, personne en fait pour travailler. Après s’être consulté, les dieux prirent finalement cette décision : «Puisque ce club est réservé aux dieux, il ne pourra fonctionner que si nous acceptons de faire ce travail nous-mêmes.» Chaque emploi fut noté sur un morceau de papier - secrétaire, gardien, cuisinier, président, trésorier, plongeur - et tous les petits papiers furent déposés dans une corbeille pour être tirés au sort. L’un des plus élevés parmi les dieux tira le papier correspondant au poste de gardien et partira s’installer à la porte d’entrée. Un autre tira le poste de cuisinier et s’en alla préparer le thé. Un troisième se vit attribué le travail de la plonge, un quatrième les fonctions de président et un cinquième celles de secrétaire. Ce jour-là, le club fonctionna parfaitement. Le dimanche suivant, ils procédèrent de la même façon, mais cette fois, le président en titre devient gardien et le trésorier, cuisinier. Seul le sort déterminait la tâche de chacun et nul n’oubliait pour autant qu’il était de haute lignée.Nous occupons de même toutes sortes d’emplois, mais pour aucun de nous ils ne sont permanents. Le tirage au sort confie à telle personne les attributions de prêtre, à telle autre un poste de professeur et désigne un troisième pour devenir danseur. Mais ce ne sont que des situations provisoires et quel que soit notre métier, nous sommes tous les enfants du Seigneur. Ce monde est le club du Seigneur. Quelle que soit notre situation, il faut toujours nous souvenir qu’en réalité, nous sommes le Seigneur. La vérité suprême est en chacun de nous. Les membres du club des dieux n’oubliaient jamais qu-ils étaient ; de même, souvenez- vous toujours que vous êtes la suprême Vérité. Tel est le devoir de l’homme. Il ne faut pas penser «je suis ceci» ou «je suis cela» ; ce ne sont que des impressions passagères, appelées à disparaître. Dans le rôle qui vous est dévolu vous portez un nom particulier ; mais ce n’est pas l’ultime Vérité. Ne vous tourmentez pas au sujet de votre situation : elle est la plus élevée possible ».

Created by Site'n Pack for WADS'Apps - Copyright © 2020 - Tous Droits Réservés - Mention légales - Conditions Générales d'Utilisation
chargement